« Un bingo un peu particulier…. »

 

Mai 2018 - « Un bingo un peu particulier… » - Marion Renault, animatrice ENQUÊTE

 

Ce mardi, l’atelier d’Alexandra commence par une des animations préférées des enfants : le jeu du pendu. Le mot qu’il faut découvrir leur indique le thème de l’atelier. Pour cette séance, Thomas joue le rôle de rapporteur : celui qui détient le secret du mot et qui est chargé de noter les propositions de ses camarades au tableau.

Le jeu commence sur les chapeaux de roue et les propositions vont bon train, tout comme le dessin du pendu. Alors que le groupe a déjà identifié toutes les voyelles composant le mot, Victor propose un « M ». « Non ! » répond fièrement notre rapporteur. Alexandra se retourne : « Mais comment ça, pas de « M », Thomas ? » Thomas réplique : « Bah oui, tu vois bien, c’est toi qui a écrit ! » Alexandra se retourne pour regarder le papier où est noté le mot et tout s’éclaire « Ah oui c’est sûr que si tu le tiens à l’envers les deux « M » deviennent « W » ! ».

Après avoir déclenché un bon fou rire et rectifié l’incompréhension, Thomas lit les lettres présentent au tableau : « M.O.H.A.M.E. ?. » « MOHAMED ! » s’écrit Jérémy.

En effet c’est bien le mot inconnu et notre pendu l’a échappé belle à quelques propositions près !

Néanmoins, ce mot reste encore un grand mystère pour quelques-uns et on peut entendre parmi les enfants « C’est qui Mohamed ? C’est quelqu’un de l’école ? » ou encore « C’est un personnage de Naruto ? ».

 

Qui est donc ce fameux Mohamed ? Alexandra pose la question au groupe.

Les réponses sont confuses « une personne de la religion hindouiste ? », « un manga ! » ou encore « une personne de la religion arabe ! ».

Alexandra profite de l’occasion pour reprendre avec les enfants les distinctions entre « arabe » et « musulman », pour différencier, avec eux, origine et conviction : « Que désigne le mot arabe ? ». « Un pays ! » répond Léo. « Mais non, arabe, c’est les personnes qui viennent d’une région du monde alors que musulman c’est la religion. Et Mohamed c’est le personnage important pour cette religion. » corrige Jérémy.

 

Après cette explication simple et efficace qui dissipe les confusions sur l’identité du personnage, Alexandra passe à la deuxième animation de l’atelier, et pas la moindre, le bingo. Aujourd’hui, le texte résume les grands passages de la vie du prophète de l’islam ; il s’agit de sélectionner six mots dans la grille pour ensuite les retrouver dans le récit lu par l’animatrice.

Une fois les mots choisis entourés, tout le monde est concentré et prêt au départ.

Alexandra lit le texte en appuyant bien sur les mots présents dans la grille, « prophète », « Gabriel », « Hégire »… Soudain on entend « Eh, tu as dit « conquête » puis  tu as dit « par cœur » et  tu as dit « Mohamed ? ». Alexandra les regarde, amusée « Oui j’ai bien tout dit, il faut être attentif les enfants ! ».

Rachel intervient, fière « Eh bien moi j’ai entouré mes six mots. J’ai fini ». Alexandra lui demande s’il n’y a pas quelque chose à dire en particulier quand l’on a terminé et tout le groupe s’écrie en cœur « BINGOOOOOO ».

Néanmoins, Alexandra ne perd pas son objectif de vue et questionne les enfants pour sonder leur compréhension du texte et notamment sa portée historique, afin de remobiliser les notions abordées lors de l’atelier « Savoir et croire ». « Alors, dans ce texte, les évènements rapportés font partie du registre du croire ou du savoir ? »

Le groupe est très divisé entre les deux réponses. Thomas décide de trancher « On a qu’à dire que c’est un peu des deux ! ». Alexandra reprend : « En effet, c’est bien les deux. D’un côté, il y a le registre du savoir, car la plupart des historiens s’accordent sur le fait que Mohamed a existé mais, par exemple, on ne peut pas prouver qu’il a reçu une révélation de Dieu ; donc à ce niveau, c’est du croire et c’est personnel ».

 

Pour conclure l’atelier, Alexandra propose aux enfants de regarder plusieurs petites vidéos sur les temps festifs du calendrier musulman. Elle essaie de leur faire deviner les noms de ces fêtes et cela donne, comme souvent, des échanges plutôt inattendus. « Qui connaît le nom du mois sacré pour les musulmans ? » demande Alexandra. Anas précise « Le mois où on ne mange pas c’est ça ? ». Et Guila de s’écrier « Le mois de la demi-croissance ! ». Sans doute, un drôle de mélange entre le calendrier lunaire et ses croissants et ses demi-lunes et le jeûne du mois de ramadan que l’enfant associe à des problèmes de croissance…

« Il y a de l’idée… mais le nom exact est plutôt le mois du ramadan » précise Alexandra en souriant, avant d’ajouter « Et si l’on devait retenir une date importante pour la religion musulmane, ce serait laquelle ? Un indice : on en a parlé lors du bingo. ». Guillaume répond « 622, la mort de Louis XIV ! ».

Correct pour la date, mais il s’agit de la date de l’Hégire, qui est le moment du départ du prophète Mohamed de la Mecque vers Médine. Pas certain que Louis XIV aurait été de la partie, même s’il avait vécu à la même époque !