Interview de Amélie Thérondel : « Très utile pour libérer la parole au lieu de l’interdire »

arbre thérondelPouvez-vous vous présenter et nous expliquer pourquoi vous avez décidé d’aborder ces thèmes de laïcité et faits religieux avec les enfants ?

Je m’appelle Amélie Thérondel et enseigne à l’école Joliot-Curie à Trappes. Une fois par semaine, j’ai en charge un groupe de CM1 pour des activités.

J’avais dans l’idée d’aborder ces questions de laïcité et faits religieux du fait du profil très « communautariste » de mes élèves. Je souhaitais les ouvrir aux autres en leur apprenant le respect des différences.

J’ai eu un déclic lorsque quelques élèves de ma classe se sont mis à jouer aux « terroristes » le matin, en jetant leurs sacs au milieu d’élèves regroupés. J’ai alors voulu reprendre ça en classe et leur expliquer que ce n’était pas respectueux. S’en sont suivis des propos choquants sur les attentats et l’affaire Charlie Hebdo. J’ai alors compris que mes élèves n’avaient pas bien compris les enjeux ; pour autant, je me sentais à court de supports pour les faire réfléchir et défendre mon propos.

C’est alors que j’ai reçu le mail proposant ce travail sur la laïcité et le travail filmé d’une collègue.

 

Comment cela s’est-il passé ? Les enfants se sont-ils appropriés le jeu l’Arbre à défis ?
Les enfants ont d’abord été très hermétiques et restaient campés sur leurs positions. Par exemple, plusieurs séances ont été nécessaires pour les convaincre de la différence entre « croire et savoir ». Mais à la fin du jeu, tous reconnaissaient la différence et savaient l’expliquer concrètement !

Ils se sont très bien appropriés le jeu. Ils ont appris à travailler ensemble en petits groupes. Ils attendaient ce moment de la semaine avec impatience. Cela leur a beaucoup plu.

 

Quelles choses ont changé dans la classe sur ces questions ? 

Ils ont pu voir des similitudes entre les religions et ont cessé de se focaliser sur les différences. Ils connaissent mieux les autres religions que la leur et sont plus ouverts à la différence.

En tant qu’enseignante, ce support m’a été très utile pour libérer la parole au lieu de l’interdire. Il m’a décomplexée sur ce sujet que je ne savais pas comment aborder avec mes élèves. Au départ, j’ai rencontré des difficultés pour apporter les arguments et les connaissances pour débattre sur ces sujets que je ne maitrisais pas ; mais le jeu est complet. J’étais par ailleurs sûre, qu’avec l’expérience et l’aide d’Enquête, cela rentrerait dans l’ordre.

 

Quelle suite donner à ce projet ? 

Étant affectée dans un autre établissement, j’aimerai réitérer ce projet avec l’aide de l’association à la rentrée prochaine.