L’Arbre à défis

L’Arbre à défis est un jeu ludo-éducatif qui s’adresse en priorité aux enseignants de primaire (cycle III). En partant de questions traitant du quotidien de l’enfant, tout en incluant tant le cadre laïque que les préjugés et stéréotypes, l’Arbre à défis articule l’éducation à la laïcité à l’enseignement des faits religieux, et favorise le développement de compétences ciblées par le socle commun. Il permet aux enseignants d’intégrer cette découverte à leur pédagogie.

Plus largement, ce jeu peut intéresser les éducateurs, notamment les parents, les chefs scouts, les intervenants en structures éducatives particulières…

Son contenu a été validé par l’Institut Européen en Sciences des Religions et il a gagné le prix de l’Initiative laïque de la MGEN, MAIF et CASDEN.

 

1. Objectifs

Avec l’Arbre à défis, les enfants décodent les manifestations du religieux dans l’environnement proche afin de :

  1. Comprendre le monde dans lequel il évolue : l’environnement « fixe » (le temps, l’espace, les symboliques) et les pratiques ;
  2. Être en mesure d’évoquer ces questions sur un mode apaisé : ce que l’on connaît ne suscite pas des peurs irrationnelles ;
  3. Articuler faits religieux et laïcité : pour comprendre le cadre de la laïcité, à la fois théoriquement mais aussi dans ses implications quotidiennes, notamment dans son rapport à l’autre.

 

2. Fonctionnement

  • Pour ce faire, le jeu part des questions que l’enfant peut se poser dans sa vie quotidienne, et aborde plusieurs thématiques :

-      Les symboles

-      L’espace

-      La construction du temps

-      Les pratiques et le cadre légal dans lequel ces pratiques s’inscrivent

-      Les préjugés, les stéréotypes.

 

  • L’Arbre à défis s’inscrit dans les programmes officiels de primaire, cycle III :

-      Dans les programmes d’histoire, d’histoire des arts, de français et d’enseignement moral et civique ;

-      Il participe au développement des compétences du socle commun : argumentation, coopération, compréhension de documents, expression orale…

Pour mieux utiliser l’Arbre à défis, des ressources complémentaires (règles pour jouer dans des contextes diversifiés, illustrations, guide d’accompagnement enrichi, etc.) sont mises à disposition aussi bien des enseignants que des éducateurs au sens large : parents, animateurs, chefs scouts… Vous pouvez accéder à ces ressources dès lors que vous achetez le jeu.

 

  • carte AàD Les calendriersLe jeu décline quatre types de défis selon les connaissances concernées :

> Le défi des définitions : concerne des notions que les enfants ne connaissent pas nécessairement, pour lesquelles une définition simple et courte est possible, comme athée, arabe ou étoile de David ;

> Le défi vrai ou faux : concerne des notions (ou personnages, fêtes, lieux…) que les enfants ne connaissent pas nécessairement, et qui nécessitent une explication ou présentation un peu élaborée, comme Moïse, mosquée ou laïcité ;

> Le défi du mot inconnu qui concerne des notions (ou personnages, fêtes, lieux…) que la majorité des enfants connaissent mais sans nécessairement maitriser le contexte, comme halal ou Noël. Il s’agit là de les surprendre, de compléter une connaissance partielle ;

> Le défi des stéréotypes qui concerne des stéréotypes, préjugés ou idées préconçues (qu’il s’agisse de généralisation, d’explication au premier degré ou d’erreur). L’utilisation de ce défi est laissée à l’appréciation de l’enseignant ou de l’éducateur.

 

3. Ils ont testé…

arbre à défis + croire-savoir
« Le jeu s’intègre bien dans les cours. Il intéresse les enfants qui ont compris plein de choses. Ça a beaucoup mieux marché que ce que je pensais. Cela a été une très bonne expérience. » – Mme C., enseignante CE2-CM1, Dreux
« Cet outil propose un bon juste milieu : il permet d’expliquer tout en restant général et global, ce qui est très bien. Il constitue une entrée réellement utile pour aborder ces thèmes qu’on ne sait pas comment traiter et qui nous font peur, dans un vrai cadre laïque. Sans compter que sa mise en place est hyper simple. » – Mme C., enseignante CM2, Chambon-sur-Lignon
« Les enfants ont beaucoup apprécié, ils attendaient le jeu avec impatience, n’ont pas abandonné, revenaient avec plaisir. Cela a généré de nombreuses discussions entre eux, notamment autour des aspects de la vie quotidienne. Et moi, je me suis régalée avec eux. » - Mme D, documentaliste, CM1-CM2, Marseille (école catholique)

 
 
 
Retrouvez également les témoignages de :

- S. Fethi, enseignante CM2 (78) : « Aujourd’hui, ils respectent les différentes convictions, dont l’athéisme »

- E. Moreau, enseignante CM2 : « Je les trouve beaucoup plus ouverts, et moi libérée »

- A. Thérondel, enseignante CM1 : « Très utile pour libérer la parole au lieu de l’interdire ».