« Les dieux des bouddhistes, c’est des éléphants »

 

image Ganesh

Décembre 13     « Les dieux des bouddhistes, c’est des éléphants » – Marine Quenin, déléguée générale ENQUÊTE

 

Le symbole…. Une chose bien complexe… Ou comment une image sans texte peut-elle renvoyer à un sens partagé. Comment expliquer cette notion abstraite aux enfants ?

Pour commencer, analyser la notion même de symbole. En atelier, dans un centre social à Belleville, quartier populaire parisien, on se répartit par équipe. Les 10 enfants d’une dizaine d’années, piochent des cartes sur lesquelles sont inscrits des mots : « république », « France », « justice », « équilibre », « pouvoir », « roi »… Ils doivent ensuite se mettre d’accord pour les associer à des planches de dessin figurant un drapeau bleu, blanc, rouge, une couronne, une balance. Malgré quelques légers désaccords, ils se mettent assez vite d’accord entre eux et avec Thomas, l’animateur, pour conclure que, malgré l’absence d’explications, ils partagent l’univers symbolique attaché à une image.

Deuxième étape : et le symbole religieux alors ?

Pour commencer, essayez donc, chaque équipe, de trouver trois symboles religieux. Difficile de parler à voix basse, ils ont trop d’idées. Salimata évoque d’emblée la croix, pour « la religion des Français ». Nous voilà reparti pour revenir sur la différence entre citoyenneté et religion : « tu es sûre ? français, c’est une religion ? Il n’existe pas des Français chrétiens, des Français musulmans, des Français athées ? ». « Ah oui, c’est vrai, pfff… c’est pour les chrétiens. » Fusent ensuite de nombreuses idées : l’éléphant, parce que « Les dieux des bouddhistes, c’est des éléphants » ! la main de Fatma ! l’étoile ! les drapeaux !

On reprend en dessinant ensemble pour identifier ce qui relève du symbole religieux : la croix, symbole du christianisme. Pourquoi ? Parce qu’elle renvoie à la mort et la résurrection de Jésus, fils de Dieu pour les chrétiens. L’étoile de David, ou Magen David, symbole du judaïsme. Un symbole récent. Pour lequel, on trouve plusieurs explications : ses 6 branches et son centre renvoient à un texte de la Bible (la Genèse), qui raconte les 6 jours de la création du monde par Dieu et le 7e jour, celui du repos ; ou alors les deux triangles qui composent le symbole pointent l’un vers le ciel et ainsi vers Dieu, et l’autre vers la terre et donc  vers les hommes. Elle est ainsi le signe de l’alliance entre les hommes et Dieu. « Ah oui, y a un lien avec le mono.. le mono.. le monotaïsme » « c’est bien cela, un lien avec le monothéisme ». Le croissant et l’étoile à 5 branches, symbole de… « l’Algérie ! ». Thomas sourit « tu as raison, on le retrouve sur le drapeau algérien, mais parce que ce pays fait référence à l’islam sur son drapeau ». En revanche, sa signification est particulière : La lune renvoie au calendrier musulman, différent de notre calendrier, dont les mois suivent le cycle de la lune et durent donc 28 ou 29 jours. Les cinq branches de l’étoile rappellent les cinq piliers de l’islam, qui sont les cinq rites pour pratiquer la religion. On aborde aussi la roue du Dharma pour le bouddhisme, le symbole de l’hindouisme…

Et on laisse de côté, les symboles culturels, ou les représentations de certains dieux….

 

Les symboles pour voir où il y a des églises, des mosquées, des synabobes

 

Dernière étape : « mais à votre avis, où les retrouve-t-on ces symboles ? ». Les équipes se coupent la parole pour proposer des idées : « là où les gens ils vont prier ! ». Très bonne idée, on essaiera de les retrouver quand on ira visiter des lieux de culte. « Sur des livres ! » C’est juste, on les retrouve sur certaines couvertures de livres de prières. « A la télévision ! » Ah bon ? « euh non, j’ai dit n’importe quoi… ». « Là où il y a les morts ! ». Bien vu, les tombes sont parfois décorées. Mais aussi parfois en pendentif…

Exercice pratique pour clore la séance : retrouver sur un plan photocopié d’un quartier de la ville les symboles religieux. Ils vont vite, lorgnent sur la feuille du voisin, sèchent sur le symbole de la Poste « mais c’est quoi ça ??? », veulent entourer celui des pompiers « Tu es sure que c’est un symbole dont on a parlé ? C’est bien un symbole, mais pas religieux… ». Mais pourquoi ces symboles sur un plan ? « Ben, pour voir où il y a des églises, des mosquées, des synabobes… ». Si tu le dis !

Les enfants, incapables d’abstraction ?