« La croix est longue vers le bas car Jésus avait des grands pieds… »--

Image croix

 

Janvier 16 – « La croix est longue vers le bas car Jésus avait des grands pieds… » – Djuhra Benchir, animatrice ENQUÊTE

 

Comme chaque vendredi un peu avant 15h, je franchis les portes de l’école élémentaire du 19e arrondissement parisien. Le temps d’une récré, les enfants se défoulent, crient, courent afin d’évacuer leur trop plein d’énergie accumulée au long de l’après-midi. A la fin de récré, les enfants se rapprochent petit à petit de moi pour se ranger et monter au troisième étage de l’école pour l’atelier. Le « Monsieur » qui m’accompagne les surprend : ils me demandent « Djuhra c’est qui le Monsieur avec toi ? ». Ce « Monsieur » est Pierre Kahn, professeur émérite en sciences de l’éducation qui est venu observer le déroulement de mon atelier. « Il s’appelle M. Kahn car il a une canne ? » me demande avec malice Boughouri, âgée de 9 ans. Après ces quelques présentations, nous montons afin de retrouver notre salle d’activité, décorée par les soins du directeur de l’école avec la Charte de la laïcité.

Des juifs déportés ou exportés ?

 

Une fois réglée l’épineuse question de « qui veut aller au toilette ou boire de l’eau ? », l’atelier peut enfin commencer. D’emblée, Tina, 8 ans, me demande les actualités religieuses de la semaine. Petit moment permettant de revenir sur certaines informations entendues, parfois trop rapidement, à la télévision. Je leur retourne la question « et vous qu’avez-vous entendu sur les religions cette semaine ? ». Maïmouna, 9 ans et demi (le demi compte plus que tout) me parle de la commémoration de la Shoah qui a eu lieu cette semaine : « La ville de Paris a donné des fleurs à toutes les écoles ». Mathilda renchérit « C’est pour célébrer les juifs qui se sont fait exporter à Auschwitz pendant la guerre ». « Euh Mathilda, ne dit-on pas commémorer plutôt que célébrer ? Et es-tu sûre que les juifs ont été exportés ? » Après vérification dans son cahier, elle se corrige « nooon pas exportés mais déportés ! ».  Je leur explique donc la différence entre « exporter » qui signifie vendre à l’étranger un produit et « déporter » qui signifie, dans cette situation, enfermer une personne dans un camp, pour la tuer. Quelques échanges sur le sujet s’ensuivent et nous revenons dans le présent. Je décide donc de leur faire deviner, par le biais d’un jeu de pendu, la fête juive qui a eu lieu lundi dernier : Tou Bichvat (la fête des arbres). Cette fête correspond à la période où au cours de l’hiver, la sève commence à monter à nouveau dans les arbres Je leur explique que pour la célébrer, certains juifs mangent des fruits, notamment des figues, des grenades et des dattes.

 

Balance et justice

 

Ensuite, nous entrons dans le vif du sujet en abordant le thème de la séance « les symboles religieux ». Les enfants s’affairent pour disposer les tables et obtenir une forme carrée ; ils se mettent autour de la table pendant que je leur distribue les cartes pour le jeu. Celui-ci consiste à poser des mots sur certains symboles. Chaque enfant dispose de plusieurs cartes avec des mots écrits dessus (par exemple : « BLANC ») et doivent poser ces cartes sur les symboles correspondant (par exemple, un dessin de colombe). Pierre Kahn se joint à nous pour participer au jeu, et au même moment, Kadda, responsable éducation ville de l’école, entre dans la salle. Il décide également de jouer avec nous. Chaque enfant dispose ses cartes à tour de rôle tout en justifiant son choix. Quelques cartes semblent poser des difficultés. Une carte représentant une balance perturbe tout particulièrement les enfants. Tandis que Timour dépose la carte « EQUILIBRE » et Assa dépose la carte « PESER » sur l’image de la balance, certains débattent sur la carte « Tribunal ». Fatoumata, 9 ans, argumente « La carte « tribunal va avec la balance car on va au tribunal parce qu’on a été balancé par quelqu’un ». Explication qui fait rire les adultes présents…et qui convainc tout à fait les enfants !

 

Des étoiles de David dans le ciel

 

Après leur avoir expliqué la définition d’un symbole, le jeu se termine dans la bonne humeur et nous passons à la seconde activité prévue. Je demande aux enfants de me citer les symboles correspondant aux trois religions monothéistes. Les bonnes réponses fusent assez rapidement et je dessine – du mieux que je peux ! – une étoile, une croix, et un croissant de lune. Après leur avoir expliqué les sens de ces symboles, je leur demande dans quels lieux ou sur quels objets ses symboles apparaissent. Réponse fulgurante et inattendue de Boughouri : « les étoiles de David se trouvent dans le ciel ». Les autres enfants donnent les bonnes réponses : lieux de culte, cimetière, bijoux etc. Toutefois, une question anime Mathilda : « quand on fait une addition, on fait le signe de la croix ? ». M Kahn intervient et lui répond que les signes ne sont pas exactement les mêmes. Je dessine donc le + et la croix pour bien lui montrer la différence. Mathilda regarde avec attention la croix et nous dit « Bah la croix est longue vers le bas car Jésus avait des grands pieds… » Elémentaire, ma chère Mathilda !