Jules Ferry, les petits de 2013 t’ont à la bonne

Image devise rep

Novembre 13     « Jules Ferry, les petits de 2013 t’ont à la bonne » – Marine Quenin, déléguée générale ENQUÊTE

 

Lundi 7 octobre, début d’après midi, dans une classe parisienne. Soufiane, 8 ans, classe de CE2  répond à une question : « L’école laïque, ca veut dire qu’elle est gratuite »,  « Pas vraiment, mais il y a un lien ». Soufiane, comme pas mal d’adultes, confond un peu les termes dans la formule « école gratuite, laïque et obligatoire ». C’est sur ces confusions que travaille ENQUÊTE. Ce lundi après-midi, comme tous les lundis depuis un mois, Marine, de l’association, anime un atelier dans cette classe parisienne. Au programme du jour : laïcité et faits religieux. Cette séance sur « laïcité et école » revient sur la mise en place progressive d’un espace neutre au sein de l’école publique.

Les enfants sont répartis par équipe, auxquelles sont attribués des couleurs. Ils lisent avec Marine un court texte. Elle leur pose ensuite des questions. « L’école française a-t-elle toujours été laïque ? », « l’école laïque est-elle ouverte aussi bien aux enfants croyants que nous croyants ? », « l’école laïque peut-elle parler de religion ? ». Ardoise en main, ils notent leur réponse. Ils prendront ensuite la parole à tour de rôle : un point gagné pour leur équipe si la réponse vrai/faux est la bonne, un de plus s’ils peuvent argumenter.

Un moyen d’aborder ce qu’était l’école avant les lois Ferry. De découvrir que l’instruction obligatoire et l’école publique, gratuite et laïque n’ont pas toujours existé. Et de revenir sur ce que la laïcité veut dire aujourd’hui, concrètement, pour eux.

Ils lèvent la main, remuent sur leur chaise. Souhaitent intervenir. « L’instruction obligatoire » ? de 3 à 10 ans pour certains, 29 ans pour d’autres… Une petite voix au fond de la classe tente « 6 à 16 ans » ? Un point pour l’équipe jaune. « Les signes ostentatoires dans la loi de 2004, ca veut dire quoi ? » un collier, un bracelet, un chapeau bizarre pour prier… Un point pour l’équipe bleue, un autre pour l’équipe rouge.

Le moyen aussi de rappeler que la loi de 2004 sur l’interdiction du port de signes religieux ostentatoires à l’école mentionne explicitement la notion de dialogue avec les familles, et que si certains souhaitent continuer à porter de tels bijoux ou vêtements, ils en ont la liberté mais hors de l’école publique, au sein des écoles religieuses. Ou encore que l’école peut aborder les religions si elle en parle pour expliquer, en restant dans le champ du savoir et pas du croire, pour donner à comprendre, pas pour convertir.

45 minutes pour revenir sur ce concept si complexe de laïcité, et comprendre, ensemble, en jouant, qu’elle permet la coexistence apaisée des différentes croyances et incroyances…