« Construire un arbre pour mieux connaître les religions et la laïcité »

 

Photo MDO

Octobre 14    « Construire un arbre pour mieux connaître les religions et la laïcité » – Danielle André, experte associée ENQUÊTE

 

Vendredi 29 septembre, 10h, j’arrive « aux Minguettes ». Plus précisément, au collège Paul Eluard à Vénissieux. 24 paires d’yeux d’une classe de 6ème m’attendent, visiblement contents qu’une personne ait fait le déplacement rien que pour eux. Leur jeune professeure d’histoire-géographie fait les présentations. Elle a bien préparé ses élèves, car ils sont intéressés et attentifs. Je leur explique que je suis là pour cette première séance du jeu « l’Arbre à défis », pour les familiariser, eux et leur enseignante, à son fonctionnement, et qu’ils continueront à y jouer le reste de l’année. Voilà qui nous amène à définir le mot « défi » : pour eux, pas de doute, c’est « lancer un défi à quelqu’un ». Je les questionne « Ne peut-on pas aussi s’en lancer à soi-même, pour progresser ? ». Pour jouer à « L’Arbre à Défis », il s’agira de se lancer des défis entre équipes d’élèves. Puis le verbe « collaborer ». Et là, petit flottement ; un élève tente : « C’est faire quelque chose ensemble ?». « Bravo ! », j’explique à tous que notre jeu permettra de construire un bel arbre tous ensemble, mais que l’équipe qui aura récolté le plus de points aura gagné. « Mais il ne s’agit pas de tricher pour gagner ! ». Dans mon élan, et pour pimenter cette notion, un peu trop sûre que je vais leur apprendre quelque chose, je leur demande s’ils connaissent la devise des jeux olympiques ; et là, une élève répond instantanément : « L’essentiel, c’est de participer ! ». Un ange passe, un de ces moments qui me rappelle, moi ancienne enseignante, à quel point ce métier est enthousiasmant !

 

Voyant l’impatience des enfants, on entre dans le vif du sujet, après avoir détaillé les règles des 4 défis.

 

Foire d’empoigne… pour participer

 

1ère carte : Défi de la « Bonne définition » avec le mot « Laïcité ».

Agitation momentanée au moment du choix de l’équipe qui va préparer ce défi : sur le modèle du jeu du dictionnaire, il s’agit de proposer plusieurs définitions pour une notion. Ils veulent évidemment tous y aller, d’autant plus qu’ils vont préparer ce défi en équipe, dans une petite pièce jouxtant leur salle d’histoire-géo. Enfin, en équipe, c’était l’idée de départ… Vu le bruit qui parvient de la petite salle, je décide d’y aller ! Grosse foire d’empoigne ! Pas pour rédiger la définition, non, mais pour savoir qui va la lire devant le reste de la classe. Je leur rappelle la devise de Pierre de Coubertin, bien lointaine à ce moment précis, puis les aide à rédiger la définition. C’est un exercice difficile, de réduire un texte de 10 lignes en une phrase… Il y a ceux qui n’ont retenu qu’une phrase et qui veulent absolument que ce soit celle-ci ; et ceux qui n’ont pas vraiment compris et qui continuent de se chamailler, ou encore ceux pour qui c’est vendredi et qui regardent un peu par la fenêtre, du côté du week-end… Ils réussissent à se mettre d’accord sur une phrase, « La laïcité, c’est la séparation des affaires des églises et de l’Etat », et une élève la recopie, très lentement et avec application. Ils désignent ensuite celui qui va lancer le défi devant les autres.

Arrivé devant la classe, 2 petits « miracles » ! Dès qu’il prononce le mot « laïcité », une élève sort de son cartable ce qu’ils ont déjà travaillé avec leur professeure à ce sujet : à partir d’un conte de l’Observatoire de la Laïcité de Provence, ils avaient abordé les notion de différences de calendrier, de monothéisme, polythéisme, athéisme et agnosticisme et des moyens pour permettre à ces différentes convictions de coexister. Elle est visiblement très contente de le faire et éveille la curiosité des autres élèves qui se sentent ainsi concernés. Elle fait sans le savoir ce qui est le plus important pour un élève ; elle réactive d’elle-même des connaissances passées, preuve qu’elle a bien compris et est capable de s’en servir à bon escient. Deuxième petit miracle : après le comptage des points, l’élève qui a lancé le défi lit le texte de la carte « Laïcité », d’une bonne voix et sans hésitation. « Félicitations ! Tu as lu très clairement ». J’ajoute que c’est essentiel de savoir lire, parler, défendre des idées devant ses camarades. Encore une compétence que « L’Arbre à défis » permet facilement de développer.

 

« Laisse la s’exprimer ! »

 

2ème carte : Défi du « Mot inconnu » avec le lieu «  La Mecque ».

Ils adhèrent très vite à ce défi car tous ou presque connaissent les règles du jeu « Taboo » dont il s’inspire : il s’agit de faire deviner le plus vite possible aux autres équipes un mot, sans en utiliser certains. L’équipe choisie pour ce défi est très excitée du mystère qui plane autour du mot secret, et de partir en chuchotant vers la petite salle ! Cette fois-ci, je vais d’emblée avec eux. S’amorce une discussion pour le choix des 3 indices ; tous connaissent La Mecque, avec cependant pas mal d’approximations. Par exemple le mot « pèlerinage » ne sort qu’avec mon aide. Le mot « musulman » vient en premier, comme celui de « mosquée ». Je les laisse faire le choix de l’ordre, et on retourne vers la classe. Le mot inconnu est très vite trouvé, puis une élève lit le texte correspondant à cette carte, devant ses camarades, sur l’estrade. Elle a une bonne diction et tout se passe bien, jusqu’à la lecture des mots, en arabe dans le texte, « Al Masjid Al Haram » ; elle a beaucoup de mal à s’empêcher de rire en le lisant car elle bute sur la langue. Mais en même temps, elle est très gênée, surtout quand une élève s’exclame « C’est pas bien !  Il  faut pas rire quand on parle de ça ! ». Leur professeure intervient « laisse la s’exprimer et ne lui fais pas la morale » et en encourageant l’autre « continue ». L’élève poursuit sa lecture, en s’appliquant pour les deux derniers mots en arabe: « Ka’ba » et « hadj ». Ce petit incident souligne bien, que pour ces 24 élèves, dont 21 sont musulmans, ce n’est pas si facile de faire référence à sa culture. S’ils en sont fiers, ils n’ont pas tous les éléments pour bien l’assimiler : ici la connaissance de la langue arabe. Il y a comme une gêne à en parler, comme si cela leur rappelait une fois de plus cette origine qu’ils ont parfois du mal à assumer. A ce moment me revient en mémoire une chanson du groupe Zebda  qui fait référence à cette double appartenance, parfois difficile à vivre. A-t-on vraiment réalisé ce que cela représente pour eux de vivre cette double culture ? Le chemin est long pour qu’elle signifie, pour eux, une richesse immense…

 

3ème carte : Défi « Vrai ou faux » avec le mot « mosquée ».

Une 2e carte sur l’islam afin de poursuivre un travail déjà commencé en classe sur les lieux de culte de l’islam. Je présente ce défi, car ici toutes les équipes jouent. Je lis le texte et leur posent 6 questions « vrai » ou « faux ». Un peu de brouhaha pour donner la réponse. Plutôt que de désigner un élève par équipe pour la dire, on décide ensemble de l’écrire sur un papier, ce qui évite d’entendre trop tôt la bonne réponse et de tricher. Comme les élèves connaissent tous bien ce mot, et qu’ils ont bien écouté le texte que j’ai lu, les bonnes réponses sont nombreuses ; les points  s’accumulent pour chaque équipe, l’arbre s’étoffent, et ils sont heureux !

 

« Ben comment on pouvait savoir ?! Il avait l’air d’un arabe… ».

 

4ème et dernière carte : Défi des « stéréotypes » avec la photo d’un visage d’homme au teint basané, portant un turban sur la tête et une chemise sans col.

Avant de le lancer, il s’agit d’élucider le sens du mot « stéréotype ». Dans un premier temps, aucun élève ne trouve. Quand je leur donne un synonyme, « préjugé », les langues se délient : l’un s’exclame « C’est formé avec deux mots : « pré » (avant) et « jugé » (juger quelqu’un) : ça veut dire juger quelqu’un avant de le connaître. » Je suis émerveillée de les voir faire des ponts aussi facilement avec d’autres matières « Les différentes matières qu’on vous enseigne au collège ne sont pas séparées les unes des autres, elles se complètent, et chacune est une aide pour comprendre l’autre ». On revient au mot « collaborer » : il y a une « collaboration » des matières ! Mais revenons à notre défi ! Il s’agit, si je résume, de trouver la religion de cet homme, après leur avoir montré sa photo : est-il musulman, chrétien ou juif ? J’écoute leurs discussions. A aucun moment, une équipe n’imagine qu’il est chrétien, car l’élément déterminant pour eux, auquel je n’avais pas pensé, est la « gandoura », cette sorte de chemise longue sans col portée par cet homme. Les avis sont cependant partagés : trois équipes pensent qu’il est musulman, et une équipe, qui « sent » le piège, affirme qu’il est juif, « sinon ce serait trop facile !». Pas une n’a imaginé qu’il pouvait être chrétien : or cet homme est copte. Grosse déception : « Ben comment on pouvait savoir ?! Il avait l’air d’un arabe… ». Je les rassure « Effectivement, c’était dur de trouver, et de toutes façons aucune équipe n’a eu de point ». J’enchaîne pour dénouer avec eux l’amalgame entre « arabe » et « musulman ». L’un fait référence à une appartenance géographique, historique, l’autre à une appartenance religieuse. Ce n’est pas simple, et il faudra qu’ils le reprennent avec leur professeure, qui pourra s’aider des cartes « arabe » et « musulman » de notre jeu.